Séjour en France

À la fin du printemps dernier, j’ai eu l’immense privilège de me faire approcher par une association (organisme) de la France afin de participer à un colloque sur la parentalité. N’est-ce pas fabuleux ? J’étais encore loin de me douter que cette expérience allait carrément m’enrichir autant au point de vue professionnel et personnel… pour ne pas dire me séduire complètement.

Dans ce dossier spécial : séjour en France, je vous partagerai mon expérience professionnelle et présenterai les organisations que j’ai eu la chance de rencontrer lors de mon séjour dans le département de l’Eure en Normandie.

Tout d’abord, laissez-moi vous présenter les 2 associations responsables de ma venue en territoire européen.

La Cause des Enfants est une association œuvrant en prévention des maltraitances et de la violence auprès des enfants et des familles. L’organisme offre différents services pour les jeunes et les enfants, pour les parents et pour les professionnels sous forme d’ateliers et de formations. Elle organise annuellement un colloque d’une journée afin d’alimenter les réflexions sur des sujets touchant l’éducation, la famille et les interventions s’y rattachant.

Mon mandat lors de leur colloque édition 2015 : émettre un témoignage sur ma façon et ma philosophie d’accompagner les familles au Québec sous forme de consultation en coaching familial.

L’Association Actions Prévention a contribué à me mettre en contact avec La Cause des Enfants. Cette association a pour mission de travailler auprès des publics scolaires, familles, personnes en situation de précarité, personnes présentant un handicap, etc. sur des thèmes de prévention et de promotion de la santé tels que l’alimentation, le sommeil, l’utilisation des multimédias ainsi que sur l’adolescence dont l’hypersexualisation des jeunes et sur la radicalisation.

Les responsables et les équipes de ces deux structures m’ont accueilli de façon très chaleureuse dans leur univers rempli de dévouement pour leur cause respective et où l’intérêt de l’enfant, du jeune et de l’humain est mis en avant plan.

Il s’est également ajouté à mon programme professionnel une tournée de visites d’une durée de 5 jours dans les organismes et les structures à vocation sociale afin de bien saisir leur réalité. Le but étant d’avoir un regard croisé France-Québec sur nos visions d’intervention au niveau du travail social dans son ensemble et s’inspirer de part et d’autre sur nos approches utilisées.

 

CONTEXTE ACTUEL DE LA FRANCE

 

Je ne peux passer sous silence cette triste réalité qui a touché tout le pays… qui a bouleversé le monde entier. Ce contexte qui a contribué à ma vulnérabilité face à ce voyage…

Mon départ prévu pour le 20 novembre 2015 soit une semaine jour pour jour après les attentats du 13 novembre qui a frappé de plein fouet la ville de Paris. Le président de la France annonce que leur pays est officiellement en guerre contre l’état islamique. Particulier comme contexte de voyage…

Le Québec a été chaudement affecté par ces tristes et terribles évènements. Voir même choqué. La relation France-Québec a toujours été si fraternelle. À tous les niveaux, que ce soit culturellement, artistiquement, politiquement et amicalement, les Québécois ont une référence importante au niveau de la France. Que ce pays tant chéri des Québécois vive un tel désastre n’a laissé personne indifférent. Une partie de nous a été atteinte… Oui, je sais très bien que malheureusement, plusieurs autres pays vivent quotidiennement des horreurs et des attentats tout aussi désastreux. Cependant, du point de vue identitaire, le Québec s’est vu fragile et concerné face à ces gestes posés.

Partir en mode professionnel dans ce pays que j’affectionne est une concrétisation inespérée. Partir dans ce pays qui vit un drame aussi violent et de sentir cette vulnérabilité aussi intense sur leur peuple et à l’échelle planétaire a été un branlement d’émotions à laisser mon quotidien pour aller vivre cette expérience, unique et combien enrichissante. En fin de compte, ce fut un privilège d’accéder d’aussi près à ces évènements à tous les points de vue : personnel, professionnel et social.

Les organismes avec lesquelles j’allais prendre contact étaient mises en cellule de suivi par le gouvernement français afin qu’elles puissent intervenir directement en prévention et en action face à ce phénomène que je ne connaissais peu : la lutte contre la radicalisation.

C’est avec cette sensibilité ainsi qu’une compassion incomparable que j’ai pris envol pour vivre l’aventure.

 

ee66dd9da9d133daced5c581505560d5_large

 

BREF RÉSUMÉ DES RENCONTRES PROFESSIONNELLES

 

Jour 1 :

 

Dès mon premier déjeuner pour ne pas dire dîner en Haute-Normandie, j’ai eu la chance d’échanger avec 3 femmes passionnées et curieuses au niveau de nos différentes pratiques.

Brigitte LANGUEPIN de l’Association Action Prévention, Émilie VARIN, éducatrice spécialisée pour le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) ainsi que la directrice adjointe, Odile BAUDEMONT. Le CCAS est un établissement public administratif qui travaille sur la prévention et le développement social en lien avec les institutions publiques ou privées. Le centre se mobilise pour la lutte contre l’exclusion (banque alimentaire…), l’aide à domicile, prévention et animation auprès des aînées, soutien au logement et hébergement, parentalité et personnes en situation de handicap.

Nos discussions ont mis davantage en lumière l’aspect atypique sur la façon dont je mène mon travail auprès des familles québécoises. Des échanges et de beaux partages professionnels ont eu lieu.

 

Jour 2 :

 

Ce fut une fabuleuse rencontre avec 2 autres femmes de cœur, Sabine ANQUETIN et la présidente Monique HAUDUC, qui sont complètement dévouées au bien-être des familles.

Leur association Passage s’est inspirée du concept de la maison verte créée en 1979 par Mme Françoise DOLTO. Un peu comme la création de Mme Dolto, la mission de Passage est d’offrir un parc intérieur où les familles peuvent s’arrêter à leur guise, sans inscription et sans prévenir, afin que les enfants puissent y jouer et les parents discuter. Vous savez, le principe naturel qui se produit lorsque nous allons nous balader au parc… La différence est que le lieu est intérieur et qu’une équipe de professionnelle est disponible pour alimenter et soutenir les discussions selon les besoins.

 

France 2015 (84)       France 2015 (87)

 

Au cours de cette journée, j’ai eu la chance de participer à une réunion du réseau de la parentalité regroupant une quinzaine de représentants d’associations dans les locaux de l’association de La Chaloupe, qui est un lieu d’écoute et de soutien où que les citoyens peuvent se rendre pour échanger sur la vie quotidienne et s’impliquer dans l’animation de leur quartier.

Ce fut un 2 heures d’échanges très riches qui ont suscité des questionnements et des réflexions suite à mes explications des particularités de mes services de consultation en coaching familial. À l’issue de ces échanges, force de réaliser concrètement qu’il est peu possible dans leurs réalités de structures actuelles, par leurs accès aux services professionnels, par leur culture, par leur conception du secteur de la santé et par leurs modèles politiques et économiques, qu’une profession telle que je l’exerce au Québec, soit applicable intégralement. Du moins, pour l’instant. L’approche médicale différente ne favorise pas le recours à un tel service.

Le tabou de la consultation, l’idée de débourser pour avoir un soutien éducatif à domicile et l’absence de programmes de remboursement auprès des compagnies d’assurances sont quelques critères contraignants auxquels sont confrontés les intervenants du milieu.

De plus, au niveau de l’intervention proprement dite, les gens présents en salle ont démontré un questionnement intéressant concernant la notion de SOUPLESSE face aux champs possibles d’intervention que j’exerçais.

Ce fut un moment fort au niveau de la concrétisation de nos différences et de nos aspirations également. Des échanges enrichissants de part et d’autres ont donc eu lieu avec ces associations aux missions complémentaires et diversifiées.

 

France 2015 (90)  France 2015 (91)  France 2015 (92)

 

Jour 3 :

 

Le 25 novembre, journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, avaient lieu différents évènements à l’échelle planétaire.

J’ai eu le privilège de participer à une marche symbolique dans la ville de Louviers et à une exposition sur le sujet. Cette marche avait une signification toute particulière pour moi, qui a travaillé durant 10 ans auprès des femmes et enfants victimes de violence conjugale en contexte de maisons d’hébergement.

Prendre part à une marche sur cette thématique aux côtés de femmes d’ailleurs dans le monde a été émouvant. Voir le ruban blanc porté par tous, symbolique de la lutte contre la violence aux femmes, est très significatif puisque l’histoire de la création de ce ruban blanc remonte à la tragédie de l’école polytechnique du 6 décembre 1989 qui a secoué le Québec.

Un homme du nom de Marc Lépine a assassiné 14 jeunes femmes étudiantes en profession non traditionnelle afin de manifester sa radicalisation contre le féminisme, pour ensuite se suicider. Depuis ce temps, le 6 décembre est devenu une journée nationale de commémoration au Québec en mémoire de ces victimes et contre la violence faite aux femmes. Porter ce ruban blanc à l’étranger avait donc une symbolique très particulière.

De plus, lors de l’exposition sur le sujet des violences faites aux femmes, j’ai été sensibilisé à nouveau sur des réalités que nous connaissons un peu moins dans le Québec actuel, dont le mariage forcé. Les termes, la définition des différentes violences et les lois s’y rattachant ont également été très formateurs pour moi.

 

France 2015 (96)

France 2015 (101).JPG222

France 2015 (102).JPG777

 

Jour 4 :

 

J’ai eu la possibilité de visiter et rencontrer l’Association Jeunesse et Vie qui chapeaute le Foyer de Jeunes Travailleurs. Martial PIERRAT et Mélanie ROGER m’ont réservé un accueil généreux pour me présenter leur structure.

Ce service offre un accompagnement auprès des 18 à 30 ans dans leurs projets divers (emploi, formation, loisirs, vacances, etc.) en leur offrant également un logis. Adaptés pour jeune individuel, pour parent monoparental ou jeune famille, leurs locaux peuvent accueillir une diversité de réalité auprès des jeunes.

Une équipe dynamique, accessible et compétente offrant une panoplie de services ultras pertinents à la communauté. Il est impressionnant de voir ces grands édifices pouvant desservir un grand nombre de jeunes citoyens sous différentes formes.

France 2015 (114).JPGjj

France 2015 (119)

 

Pour conclure la tournée des visites, j’ai pu visiter le Collège Alphonse Allais, situé à Val-de-Reuil, qui offre des services aux jeunes de 11 à 15 ans et qui propose des classes pour les jeunes en difficultés. L’infirmière scolaire m’a fait visiter les lieux et m’a expliqué les interventions faites auprès des jeunes afin d’ouvrir sur les sujets sociaux touchant leurs réalités.

De plus, quelques échanges informels avec Sophie BOURDIN la principale du collège, sur le sujet des interventions dans l’école suite aux attentats du 13 novembre ont été très enrichissants pour moi.

Vous savez, de côtoyer la tension, la colère, l’appréhension et les craintes et par la suite, l’espoir, la volonté, l’affirmation et le courage a été un immense privilège.

France 2015 (121)

 

Jour 5 : Colloque sur la parentalité

 

Pour boucler la semaine très riche en discussions, il est venu le temps de produire la conférence pour laquelle j’avais été conviée.

L’organisation complète et diversifiée offerte par l’équipe de La Cause des Enfants a attiré près de 150 participants à l’évènement.

Psychanalyste, conseillère conjugale & familiale, médiateur familial et moi-même à titre de consultante en coaching familial ont défilé devant l’auditoire.

Cette journée d’information, de réflexions et d’échanges sur la parentalité a été complètement réussie. Un représentant de l’État, Monsieur Bruno LEONARDUZZI, Inspecteur de la jeunesse et des sports, Chef du pôle jeunesse sport et vie associative à la Direction Département de la Cohésion Sociale (DDCS) du département de l’Eure, des professionnels et des parents ont pu s’enrichir sur la diversité des échanges de la journée.

Suite au colloque, j’ai pu rencontrer l’équipe de La Cause des Enfants afin d’échanger avec elle et de profiter de son succès de la journée.

Un groupe de femmes intègres, remplies de douceur, d’affection envers l’humain et où l’amour et la volonté de faire la différence dans ce monde sont leur motivation.

Je tiens personnellement à remercier l’équipe pour leur confiance à mon égard, ainsi que Nathalie LETORT qui est la responsable et Claudine BAILLY, avocate dans la ville de Louviers et qui assure la présidence de leur conseil d’administration.

Merci à vous tous pour votre ouverture et votre grande générosité.

Mon passage avec vous restera marquer et saura m’inspirer certainement.

France 2015 (132).JPGii  France 2015 (142).JPG9  France 2015 (146).JPG2  France 2015 (151).JPGii

France 2015 (155).JPG33

 

 

POUR CONCLURE

 

Cette participation exceptionnelle et ces échanges professionnels plus que complet me seront pour longtemps une source d’inspiration à poursuivre ma passion à accompagner les familles et à nourrir ma créativité

Apprécier et reconnaître le privilège de pratiquer l’accompagnent tel que je le fais auprès des familles d’ici possédant cette volonté à demander de l’aide et du soutien professionnel sans tabou…

Prendre conscience que nos structures sociales favorisent en partie cette pratique…

Réaliser ce privilège que les familles m’accueillent soir après soir dans leur maison en me témoignant leur confiance…

Réaliser qu’une ouverture d’esprit aussi prenante m’entoure quotidiennement…

En espérant que le partage de mon point de vue professionnel quant à mon rôle auprès des familles québécoises aura été une contribution à ce colloque qui aura pu enrichir les réflexions des participants et les sensibiliser à une nouvelle approche visant la santé et le mieux-être des enfants et des familles…

Enfin, je ne pourrais terminer ce résumé de voyage sans exprimer ma grande reconnaissance à l’ensemble des personnes que j’ai côtoyées au cours de mon séjour (hôtes, collaborateurs, partenaires et amis), et qui par leur cordialité et générosité l’ont rendu inoubliable.

 

Caroline Boutin
Auteure, conférencière, intervenante sociale diplômée
Coach certifiée en Neuro Activ Coaching & praticienne PNL
Consultante en Coaching Familial

Fondatrice de Parents Autrement

www.parentsautrement.com

PARTAGER CET ARTICLE / Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail