L’ABC d’un système de motivation

Qui n’a jamais entendu parler d’un système de motivation pour aider les enfants à acquérir un comportement désiré? Qu’il s’agisse de ces collants cumulés pour la propreté des bambins, aux systèmes de pointage pour les plus grands, tout le monde a déjà eu vent de ces méthodes.

Mais qu’en est-il vraiment ?

Qu’est-ce qui fait que certains de ces systèmes fonctionnent très bien et permettent d’atteindre les objectifs visés tandis que d’autres ne tiennent la route qu’à peine quelques semaines ? Explorons de plus près les différentes étapes pour rendre votre système de motivation efficace.

Qu’est-ce la motivation ?

 

La motivation est un ensemble de raisons, d’intérêts et d’éléments qui poussent quelqu’un dans une action.(1) Afin d’obtenir un changement quelconque sur un individu, l’être humain a besoin de deux composantes, un malaise et une motivation. Ce sont ces deux éléments réunis qui donneront naissance à un changement durable.

Le malaise consiste à avoir un certain degré d’inconfort face à une situation donnée. Si votre enfant n’éprouve aucun inconfort face au comportement à modifier, à quoi bon vouloir le changer ! L’inconfort pouvant être très léger dans la plupart des cas, il se veut tout simplement être une conséquence logique à son comportement. Par exemple, l’enfant qui fait pipi dans sa culotte pourrait tout simplement participer au nettoyage afin d’y vivre une certaine responsabilisation et d’expérimenter l’aspect d’inconfort auquel nous faisons référence ici. Loin est l’idée d’accentuer, d’amplifier ou de créer des « malaises » en surplus, mais tout simplement de permettre à l’enfant de se sensibiliser à l’impact naturel du comportement qui pourrait lui être reproché.

En ce qui concerne l’aspect de motivation, celui-ci est d’une grande importance. À quoi sert de travailler, fournir des efforts et persévérer si aucun gain n’est en jeu ? L’humain a besoin d’un motif afin d’y consacrer autant d’énergie. Ne l’oublions pas, changer une habitude ou acquérir un nouvel apprentissage, demande une volonté et un courage constants. La motivation est par conséquent le moteur du changement.

Les 7 clefs d’un système de motivation efficace

 

1) Déterminer le défi de l’enfant

 

Il s’agit d’identifier clairement mais de façon positive le comportement désiré de l’enfant. Autrement dit, son défi. Simple astuce, choisissez un verbe d’action pour présenter le défi! Par exemple, « rester dans son lit après l’histoire ». Il importe que le défi de l’enfant soit RÉALISTE et bien adapté à son âge et tempérament, de même qu’à la nature du défi en question.

2) Déterminer votre modèle de système

 

Il s’agit de trouver une façon de concrétiser les bons coups de votre enfant afin de lui souligner ses réussites. Vous pouvez utiliser des modèles de système de motivation déjà existants sur le marché ou encore, laissez tout simplement aller votre créativité!

Il existe des modèles style calendrier ou encore des parcours où l’enfant est mis rapidement en contact avec un privilège lui permettant de vivre ainsi le sentiment de réussite. Le parcours augmente graduellement afin d’obtenir un nouveau privilège. Ou bien, un simple bocal accumulant des balles avec des lignes indiquant l’atteinte du privilège. Ou encore, faire une tour LEGO avec une échelle graduelle d’obtention de privilèges afin que l’enfant puisse y mesurer sa tour de réussite. Bref, les différentes possibilités de méthodes de motivation sont illimitées.

Quelques conseils …

  • Choisir une thématique pour laquelle l’enfant a un intérêt particulier, par exemple, les LEGO.
  • Choisir un système applicable à votre réalité; si comptabiliser les points risque d’être une surcharge pour vous, optez pour un système plus léger.
  • Tenez compte de l’âge et du tempérament de votre enfant. Si votre enfant a tendance à se décourager plutôt vite, il sera préférable de ne pas tarder à lui faire vivre des réussites. Évitez également de faire progresser trop rapidement le niveau de difficulté.
  • Lorsque vous augmentez le niveau de difficulté, c’est-à-dire, le nombre de réussites pour obtenir le privilège, assurez-vous d’avoir avisé l’enfant d’abord et assurez-vous aussi de sa compréhension. Le but étant d’éviter une perception d’incohérence de la part de l’enfant face au système.

3) Déterminer le fonctionnement de votre système

 

Plus le fonctionnement sera clair pour vous, plus il sera simple pour l’enfant de l’intégrer. Mieux vaut donc accorder plus de temps à la réflexion pour l’élaboration du système de motivation et d’en connaître précisément le déroulement que d’improviser au fur à mesure lors de l’application et de risquer de perdre toute crédibilité.

  • Déterminer « comment » l’enfant doit faire pour acquérir une réussite.
  •  Déterminer le nombre de réussites que l’enfant doit accumuler avant d’obtenir le privilège.
  • Déterminer le moment, s’il y a lieu, où l’enfant pourra gravir dans le système de motivation. Par exemple, au moment de la routine du soir, vous prenez quelques minutes pour faire la mise à jour. Ou bien, selon le défi, à chaque fois que l’enfant vit une réussite, il l’indique au fur et à mesure au système. Ce qui implique qu’il peut accumuler plusieurs réussites par jour.
  • Suggestion : pour les enfants en bas âge et/ou de grands défis, je suggère d’entrecouper les périodes. Une journée peut être très longue pour un enfant de 3 ans. Mieux vaut couper la journée en trois (3) parties. De cette façon, une matinée difficile n’égale pas une journée sans succès, l’enfant aura la possibilité de se reprendre.
  • Dans certains contextes, prévoir ce qui arrive lorsque le défi n’est pas atteint. Par exemple, lors de l’intégration d’une tâche domestique. C’est dans ce genre de situation que nous pouvons jouer avec l’aspect « malaise ou inconfort ».

4) Établir une liste de privilèges

 

Élaborer une liste de privilèges avant de commencer votre système. Il sera ainsi plus facile de garder le rythme à votre démarche et vous serez moins pris au dépourvu à devoir improviser avec des idées qui, parfois, ne sont pas sans faille.

Un privilège ne nécessite pas automatiquement un achat/récompense quelconque. Un privilège est un simple avantage, c’est-à-dire une bonification de quelque chose ou un accès quelconque. Il n’est pas nécessaire d’ajouter d’autres éléments à ce que vous offrez déjà à votre enfant. L’idée est de mettre en valeur les petites choses que vous faites déjà mais de les présenter tout simplement comme étant un privilège. Les enfants prennent vite pour acquis les accès qu’ils ont et nous en sommes en partie responsables. Il était prévu une soirée cinéma à la maison, faites tout simplement coordonner le tout. C’est quelque chose de facilement déplaçable au besoin. Il était prévu d’aller à la crèmerie du quartier, encore là, vous pouvez le présenter comme un privilège et le faire coordonner avec les réussites atteintes. Et oui, il est possible de faire l’achat de quelques babioles à titre de privilège sans pour autant en faire une règle. Vous savez, un simple bain moussant peut faire bien des heureux !

De plus, impliquer l’enfant à faire sa propre liste de privilèges ou lui demander simplement ses idées, est une excellente façon de l’engager dans le processus. Vous serez surpris de voir la simplicité de certaines de leurs idées !

5) Instauration du système

 

Il est important de considérer le moment où que vous allez démarrer le système de motivation. Vous devez être disponible et prêt avant de vous engager dans l’aventure. Par exemple, implanter votre système de motivation quelques jours avant de quitter pour des vacances n’est pas un contexte favorable.

L’enfant gagnera confiance en le système si vous êtes COHÉRENTS, CONSTANTS et ASSIDUS vous-même face à ce système de motivation. Vous êtes le « leader », ne l’oubliez pas.

Choisissez un moment agréable et calme de la journée pour en faire l’implantation afin que l’enfant soit reposé et réceptif. Lors des explications, donner des exemples concrets et/ou faites des jeux de rôles. Le « modeling » est toujours fort recommandé pour traduire les informations que vous voulez lui transmettre.

Impliquer l’enfant dans le processus du bricolage de l’affiche est souvent un exercice profitable pour sa motivation. Déterminer à l’avance le privilège en cours, est également stimulant pour l’enfant.

6) La durée du système

 

Il est reconnu que dans le processus d’apprentissage de tout être humain, une répétition du comportement souhaité doit être faite minimalement et fidèlement pendant 3 semaines consécutives. Chaque enfant à son propre rythme. Il arrive à certains de pouvoir acquérir très rapidement et docilement de nouvelles habitudes, alors que d’autres auront besoin d’un peu plus de temps pour en faire l’expérience, les assimiler pour ensuite les intégrer dans leur façon d’agir.

Il importe de laisser place aux rechutes et au processus graduel d’apprentissage. À noter que l’ambiance joue un rôle sur comment sera perçu votre système de motivation. Apprendre dans le plaisir a toujours été une formule gagnante !

7) La conclusion du système

 

Lorsque vous sentez que le comportement désiré est acquis, vous pouvez conclure la fin de votre système avec un privilège plus gros qu’à l’habitude et/ou la remise d’un diplôme.

Dès qu’un défi est acquis et solidifié, vous pouvez poursuivre l’utilisation de votre système en y ajoutant un nouveau défi. Cependant, prenez note que pour ne pas lasser l’enfant, il peut être bien de prendre une pause de temps en temps entre les défis.

En vous souhaitant une bonne réflexion, il vous reste tout simplement à vous amuser !

Caroline Boutin
Auteure, conférencière, intervenante sociale diplômée
Coach certifiée en Neuro Activ Coaching & praticienne PNL
Consultante en Coaching Familial

Fondatrice de Parents Autrement

www.parentsautrement.com

(1) Définition de la motivation tirée du dictionnaire français Larousse, version web www.larousse.fr

 

PARTAGER CET ARTICLE / Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail